Le « monde d’après »
tourisme international
voyage lent et voyage solidaire

Dans notre article précédent, « Que sera le monde de demain ? », nous mettions en évidence la tendance actuelle d’un réveil des consciences et d’un espoir pour un grand nombre de personnes de modifier leur manière de vivre, de produire et de consommer.

Dans le domaine du tourisme international, notre espoir est que cette évolution des mentalités puisse nous mener vers ce que nous as toujours animé : des voyages solidaires soucieux de l’Autre et dans le respect du Vivant. Un tourisme doux, des voyages utiles, équitables et durables à la découverte des « Autres » et de notre planète où ce seront la simplicité, la proximité, l’humain, la nature, la responsabilité, qui permettront au voyage de demain de prendre forme durablement.

C’est notre espoir, notre désir en tant que fournisseur de voyages durables, mais de grands acteurs du tourisme mondial, tels que l’OMT, l’Organisation mondiale du Tourisme ; l’ADT, les Acteurs du Tourisme Durable et même au niveau du Parlement Européen, le commissaire à l’industrie Thierry Breton, ont pris également des actions allant dans ce sens.

Mais rien n’est sûr bien évidemment. Les questions continuent de se poser et les différents scénarios à se construire au fur et à mesure que les situations évoluent.

 

Henri collaborateur Emotion Planet

Le “monde d’après”, oui mais lequel ?

Le monde d'aprèsDans Le “monde d’après”, oui mais lequel ? de l’éditorial de e-tourisme.info, Denis Genevois nous confie sa réflexion personnelle. Il cite notamment le scénario de la consommation “hyper-locale” qui s’est effectivement confirmé, mais qui ne s’est fait aussi massivement que certains l’envisageaient, car apparemment une proportion non négligeable d’irréductibles adeptes des destinations de masse, péninsule ibérique notamment, n’ont pas changer leurs habitudes.

Pour Denis Genevois, et nous le rejoignons assez dans cette analyse, la faute en incombe au fait que beaucoup trop de destinations et d’agences de com ont utilisés les mêmes arguments et avec très peu d’originalité. Se retrouver, se ressourcer, redécouvrir, prendre l’air, … un bon nombre d’activités qui sont déjà précisément pratiquées journellement alors que tout le monde aspire à autre chose.

Sa conclusion :
“Il faut réinventer une offre à même de redynamiser les destinations. Ce futur doit déjà se préparer aujourd’hui.”
“Si le “monde d’après” n’est pas totalement ce qu’on attendait de la part des consommateurs, les changements profonds pourraient bien venir des opérateurs touristiques de terrain. »

“Bref, il ne faut ni espérer, ni attendre le “monde d’après” mais contribuer à le construire et en définir les contours dès aujourd’hui.”

Oui, en effet, il nous reste encore beaucoup de travail à faire et notre responsabilité en tant qu’opérateur de voyages est d’agir et d’orienter les voyageurs.

Le tourisme international se remettra-t’il un jour ?

Article de James Reilly dans la Libre.be/économie.

L’incertitude persiste. Trois facteurs clés vont décider de l’avenir du tourisme international.
L’augmentation de demande de vacances dans son propre pays qui peut se voir renforcer par le coût des transports aériens. À court terme, et pour stimuler la demande, on s’attend à ce que les prix restent peu élevés. Mais l’évolution du prix des billets reste néanmoins incertaine et à plus long terme, les vacances domestiques pourraient représenter une alternative aux voyages à l’étranger.
La pandémie a entraîné la récession et l’augmentation du chômage. Il en résulte une augmentation de la propension à épargner qui peut peser sur le tourisme plus longtemps que la crainte de voyager.
Finalement, une pandémie plus étendue, plus longue, ou des mesures sanitaires inconfortables et limitantes peuvent également empêcher une reprise du tourisme international.
“La durée de la reprise dépendra probablement duquel de ces trois facteurs – le virus, la récession économique ou la crainte de l’avion – durera le plus longtemps.”

Le retour du voyage lent face au tourisme frénétique

Article de Marina FabreBlog Novethic.

Nous l’avons cité également dans notre article « Que sera le voyage de demain » et dans son article Marina Fabre reprend également sa thèse en exemple : le sociologue Rodolphe Chistin dans son livre La vraie vie est ici – Voyager encore ? (Ed. Ecosociété) nous apprend que le tourisme a « tué l’esprit du voyage ».

Au-delà de la fermeture des frontières et de la crainte sanitaire, le confinement pourrait bien avoir accéléré la tendance à rechercher un ralentissement et « …à regarder ce qu’il y a autour de nous, et c’est exactement ce que prône le Slow tourisme”.

Un mouvement né en opposition au tourisme de masse et l’espoir réside dans la nouvelle génération, « celle qui descend dans la rue pour dénoncer l’inaction climatique des gouvernements, portée par Greta Thunberg » … « Ce sont les jeunes qui feront cette révolution », croit même sur France Culture Jean-François Rial, le patron de Voyageurs du Monde.”

 

Le lac Inle, un lac d'eau douce situé dans les montagnes de l'État Shan, dans l'Est de la Birmanie

Comme le dit Marina Fabre, cette philosophie n’est étayée par aucun chiffre, mais il est indéniable que la prise de conscience est là : « notamment, le flygskam, ce sentiment de honte de prendre l’avion à cause de la pollution qu’il génère, ou encore le retour des trains de nuit un peu partout en Europe”

Faisons-nous confiance ! Visiblement ces envies, ces espoirs sont présents. Nous sommes beaucoup à y croire. Avançons ensemble, pas à pas, à notre rythme, pour permettre au voyage de demain de prendre forme durablement !

Le voyage solidaire : une aventure humaine

Article du blog de Géolien, voyageons responsable.

Parmi les multiples possibilités qui s’offrent à nous pour voyager, le voyage solidaire peut être envisagé. Un tourisme qui séduit de plus en plus les nouvelles générations (et les anciennes), qui s’inspire du commerce équitable, et dont le but principal est de favoriser les échanges entre la population et les voyageurs, mais un tourisme aussi respectueux de l’environnement.

“Le voyage solidaire est une expérience à taille humaine basée sur la rencontre, l’échange et l’entraide avec des populations dans le besoin. Voyager solidaire, c’est vivre des moments authentiques, c’est être responsable et c’est penser durable. C’est découvrir l’Autre et c’est possible partout et pour tout le monde !”

Je vous recommande fortement de suivre le lien de cet article, le voyage solidaire : une aventure humaine et de prendre 2 minutes pour y visionner la très belle vidéo de Christophe Ledoux qui présente de belle manière le voyage solidaire.

Emotion Planet “Le Monde n’est jamais loin lorsque les hommes ne nous sont pas étrangers”.

Pour en savoir plus : Que sera le voyage de demain

Si ces sujets vous intéressent et vous parlent, n’hésitez pas à mettre notre page de blog dans les favoris de votre navigateur ou à vous abonner à notre Newsletter. Nous allons continuer à vous fournir des informations aussi complètes et diversifiées que possible sur ces thèmes de tourisme durable, slow travel, tourisme solidaire, équitable, …. C’est notre passion et nous aimons partager.

EmotionPlanet. Des voyages à dimension humaine

Intéressé par des voyages durables ?

Regardez ce que nous proposons

Des voyages individuels, en petits groupes ou en familles avec ou sans enfants, des voyages axés sur la rencontre avec les populations locales. Nous misons sur les valeurs essentielles que sont le respect de l’Homme et de son environnement.

Visitez-nous sur nos réseaux sociaux...

Share This